Cliquez sur l'image pour accéder à La Ruche qui dit Oui de Pontivy

Cliquez sur l'image pour accéder au blog de l'école

Vous souhaitez être informé des évènements de l'école Diwan de Pontivy, inscrivez-vous à la Newsletter ci-dessous

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.

PETRA EO DIWAN ? / Qu'est-ce que Diwan ?

E 1977 e Lambaol-Gwitalmeze e voe digoret gant Diwan, kevredigezh hervez lezenn 1901, he skol-vamm gentañ e brezhoneg diwar skouer an Ikastolak (Bro Euskadi) hag ar skolioù Meithrin (Bro Gembre).

Ar brezhoneg

Ma 'z eus eus ar skolioù Diwan, ez eo peogwir ez eus eus ar Brezhoneg. Yezh vev, ganti ur sevenadur dre gomz ha dre skrid heb e bar, hêrezh ar Gelted e Europa abaoe 2000 vloaz. Yezh ur vroad mestrez war he zachenn betek ar 15vet kantved, ha komzet en 9vet kantved e gourenez Arvorig a-bezh.
E 1900 e vraskonte Sebillot niver ar vrezhonegerien : 1.300.000; hiziv emaomp e-tro 250.000. Un niver bras a-walc'h ma keñverier gant an holl yezhoù bihan e Europa ar c'hornôg (un daou-ugent bennak a zo !) : eus 150.000 komzer evit ar re na vezont ket komzet kalz betek 2 vilion hanter evit ar re komzet ar muiañ. Meur a hini, nebeutoc'h a gomzerien dezho evit e Breizh, anavezet ez-ofisiel avat, n'ez eont ket war-gil ken, war-raok ne lavaran ket.
Gant Diwan e sav ar goulenn : ha bev e chomo ar brezhoneg ? Evit ma tremenfe hor yezh d'ar rummadoù da zont e vefe ret kaout ur youl bolitikel start, er media, er vuhez foran e Breizh. A-hend-all, e c'hallfe ar redadeg a-enep an amzer bezañ kollet hag un elfenn a-bouez eus an danvez keltiek a yafe da dra gurius e ti an dielloù. Met a-dreñv ar brezhoneg e-unan, e vefe taget un diazez eus an demokratelezh hag an doujañs dleet dezhi. Difenn ar brezhoneg a dalv bezañ tommoc'h ouzh an disheñvelder eget ouzh an unvanadur, ouzh al liesdoare eget ouzh an untonelezh.
Lennit prezegenn Claude Hagège, kelenner e Skolaj Bro-Frañs (28/05/1988).

Palioù Diwan

  • Kinnig ur skoliadur klok eus ar skol-vamm betek ar vachelouriezh.
  • Kemer harp war ur sevenadur gwriziennet en un endro bev : kalz tud, dreist-holl e Breizh-Izel, a ra bemdez gant ar brezhoneg ha kalz skolidi zo dezho en o familh un den, pe meur a hini, zo ar brezhoneg e yezh kentañ.
  • Reiñ d'ar vugale da zeskiñ o istor " ouzh ar vammenn " e yezh o hendadoù.
  • Aesaat dre an divyezhegezh un diorroadur psikologel, speredel ha sokial pinvidik, hag ober un hent efedus evit mestroniañ meur a yezh, un dra ret evit Europiz warc'hoazh.
  • N'eo ket karg ar skol treuzkas anaoudegezhioù nemetken, met ivez reiñ tu da bep bugel da sevel e bersonelezh dezhañ. Bezañ dieub, evit un den, eo gouzout piv eo evit bezañ gouest da anavezout ar re all. Spisverkoù a vez roet gant ur bersonelezh sevenadurel kreñv, spisverkoù ha ne vez ket anezho alies evit kalz tud yaouank hiziv. Kemer a ra perzh er sokializadur a zo diazezet war ar c'houzañvidigezh hag ar c'hoant eskemm.

 

 

La langue bretonne
S'il existe des écoles Diwan c'est parce que le breton existe : langue vivante dépositaire d'une culture orale et littéraire unique qui s'inscrit dans une filiation celtique européenne vieille de 2000 ans. Langue d'une nation souveraine jusqu'au XVè siècle, parlée au IXè siècle dans toute la péninsule armoricaine.  
En 1900, Sébillot estimait à 1 300 000 le nombre des bretonnants; nous sommes aujourd'hui 400 000. C'est encore beaucoup si l'on compare à l'ensemble des langues minoritaires en Europe occidentale (il y en a une quarantaine) : de 150 000 locuteurs pour les moins parlées à 2 millions et demi pour les plus répandues. Avec moins de locuteurs qu'en Bretagne, mais avec une reconnaissance officielle, plusieurs ne déclinent plus, mais au contraire se développent.  
A travers Diwan, c'est la survie de la langue bretonne qui se joue. La possibilité de transmettre notre langue aux générations futures nécessiterait une volonté politique affirmée, dans les médias et dans la vie publique en Bretagne. Dans le cas contraire, la course contre la montre pourrait être définitivement perdue et l'un des éléments les plus importants du patrimoine celtique ne serait plus que curiosité d'archives. Mais au-delà du breton lui-même c'est la démocratie dans l'un de ses fondements, et son respect qui seraient atteints. Défendre le breton, c'est préférer la diversité à l'uniformisation, la variété à la monotonie. 
Lisez l'extrait de la conférence de Claude Hagège, linguiste au collège de France, donnant son point de vue en 1988 sur les écoles bilingues Diwan.
Les objectifs de Diwan 
  • Offrir une scolarité complète en breton : de la maternelle au baccalauréat
  • S'appuyer sur une culture enracinée dans un environnement vivant : beaucoup de personnes, notamment en Basse-Bretagne, parlent le breton au quotidien et de nombreux écoliers ont encore une ou plusieurs personnes dans leur entourage familial, pour qui le breton a été la langue maternelle.
  •  Permettre à des enfants d'apprendre leur histoire, "à la source" dans la langue commune à leurs ancêtres
  • Par le bilinguisme précoce, favoriser un développement psychologique, intellectuel et social riche, et préparer efficacement à la maîtrise de plusieurs langues, nécessité pour les Européens de demain.
  •  Le rôle de l'école n'est pas uniquement de transmettre un savoir mais aussi de permettre à chaque enfant de construire sa propre personnalité. Une identité culturelle forte donne des repères souvent absents pour nombre de jeunes aujourd'hui. En cela c'est un facteur de socialisation, basé sur la tolérence et le goût de l'échange.